L’état d’urgence doit permettre à nos forces de police d’être mobilisées exclusivement pour la sécurité des Français !

Le Sénat a décidé, mardi 10 mai, de prolonger l’état d’urgence. Face à la persistance d’un péril imminent lié au terrorisme et à la proximité en date avec l’Euro 2016 et le Tour de France, la majorité sénatoriale a estimé qu’il était nécessaire de prolonger l’état d’urgence. La sécurité des Français se devait d’être assurée dans des conditions optimales, lors des deux événements majeurs que notre pays s’apprête à vivre.

« Le groupe les Républicains Sénat ne saurait se soustraire à son devoir de protection de la Nation et votera l’état d’urgence ! », Catherine Troendlé, sénatrice du Haut-Rhin

Néanmoins, n’est-il pas paradoxal que le gouvernement réclame l’état d’urgence pour protéger les Français, quand dans le même temps il laisse prospérer avec bienveillance un mouvement comme « Nuit Debout », qui mobilise nos forces de police au détriment de la sécurité du pays, trop inquiet de ménager l’ultra-gauche pour des raisons électoralistes !

« L’état d’urgence ne doit-il pas permettre d’empêcher certaines manifestions, qui épuisent nos forces de police ? », Catherine Troendlé, sénatrice du Haut-Rhin

Enfin, si l’état d’urgence semble justifié comme mesure d’exception, il faudra un jour en sortir. Comme l’a rappelé Philippe Bas (Manche) : « La sortie de l’état d’urgence ce n’est pas l’absence de péril imminent, ce n’est pas baisser la garde dans la vigilance, ce n’est pas l’allègement des dispositifs de sécurité ! ».