Catherine Troendlé défend la position des Républicains Sénat pour la prolongation de l’état d’urgence

Intervenant en tant qu’orateur du groupe Les Républicains, Catherine TROENDLE, Sénateur du Haut-Rhin, a défendu la position de son groupe dans le cadre de l’examen et du vote du projet de loi prorogeant l’application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l’état d’urgence, ce mardi 10 mai.

En discussion générale sur le texte, le Sénateur TROENDLE a tenu à saluer tout d’abord, au nom de tous ses collègues Les Républicains, « le travail formidable des forces de l’ordre, de la justice, des secours et de la santé et des centres pénitentiaires qui ont su répondre présent et qui ne ménagent en rien leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme islamiste ».

Dans son intervention, elle a défendu la nécessité de la prorogation de l’état d’urgence (qui devait s’achever à la fin du mois de mai) jusqu’au 26 juillet prochain, en raison de la conjonction de plusieurs événements :

  • L’Euro 2016 et le Tour de France, qui vont rassembler des milliers de personnes, « soit autant de cibles potentielles »,
  • Et les récents attentats commis à l’étranger, visant les intérêts de la France et de ses alliés.

En effet, mentionnant les terribles attentats de Bruxelles, du 22 mars dernier, Catherine TROENDLE a rappelé que cet évènement « nous apprend que les groupes impliqués en France et en Belgique appartenaient à une même cellule, la France constituant pour eux une cible prioritaire parmi les pays européens.
Enfin, le nombre d’individus français ou résidents français qui ont séjournés en Syrie, représente à ce jour le plus gros contingent des djihadistes européens ! »

Pour autant, elle a tenu à rappeler qu’il faudra bien sortir de l’état d’urgence et que dans ce cadre, il faudrait un arsenal législatif pénal solide. Le Sénat avait été à l’initiative, par une proposition de loi de Monsieur Philippe BAS et Monsieur Michel MERCIER, d’un texte dans ce sens, mais le gouvernement n’avait pas suivi « la sagesse et la réactivité du Sénat », en proposant son propre projet de loi renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement.

Egalement, a-t-elle tenu à souligner qu’« en complément à l’état d’urgence, le gouvernement pourra s’appuyer dans le cadre de l’Euro 2016, sur la proposition de loi de notre collègue Député, Guillaume LARRIVE, proposition de loi renforçant le dialogue avec les supporters et la lutte contre le hooliganisme dont je fus le Rapporteur au Sénat.
Ce texte répondra largement aux enjeux de sécurité qui devront entourer l’Euro 2016 organisé en France et plus largement les prochaines rencontres sportives, malheureusement trop souvent émaillées de débordements ». « Ce dispositif n’est pas anodin au regard du 13 novembre dernier, puisque l’une des actions terroristes visait en effet le Stade de France », a-t-elle précisé à la représentation nationale.

Le Sénateur du Haut-Rhin a également tenu à rappeler une interrogation déjà exprimée, en novembre dernier par le Président du groupe les Républicains, Monsieur Bruno RETRAILLEAU : « la question de vraies frontières en Europe : nous avons dû constater que nous étions totalement « désarmés » face aux déplacements des terroristes entre Etats européens, entre les tragiques mois de novembre et de mars. Comment ces failles sont-elles possibles ?
La question reste entière !
La France et l’Europe ont besoin de vraies frontières, il faut avancer et avancer vite vers un Schengen II. Notre sécurité en dépend. »

Prenant note des annonces du début de semaine, faites par le Premier Ministre, d’un catalogue de mesures censées combattre le djihadisme et la radicalisation, Catherine TROENDLE a rappelé à ses collègues, qu’ « il était grand temps de mettre fin à deux anciennes expérimentations subventionnées à grands frais sans véritable, voire aucun, résultat probant ».

Enfin, elle a rappelé le lancement de sa mission d’information sur la « déradicalisation », précisant au Ministre de l’Intérieur, « nos conclusions, nous l’espérons, pourront contribuer humblement, à alimenter vos réflexions sur les dispositifs à mettre en œuvre pour une déradicalisation la plus efficace possible ».

Le Sénateur TROENDLE s’est donc réjouie de l’adoption, en séance, de ce projet de loi, qui devrait désormais rapidement être examiné par l’Assemblée nationale.