Cyril Pellevat : « C’est à l’offre de soins de s’adapter au milieu rural et non l’inverse »

Jeudi dernier s’est tenu au Sénat un débat sur l’offre de soins dans les territoires ruraux, dans lequel je suis intervenu.

Face au constat d’un cruel manque de médecins en zones rurales, en Haute-Savoie notamment, j’ai rappelé les freins à l’installation de jeunes médecins dans ces territoires (isolement, changement de mentalité marqué par une volonté de conjuguer vie de famille et vie professionnelle) et j’ai souligné le problème des 15 000 jeunes Français faisant leurs études à l’étranger en raison d’un numerus clausus trop restreint en France. Aujourd’hui un quart des nouveaux médecins exerçant en France ont acquis leur diplôme à l’étranger.

Le recours des communes aux incitations financières ne doit pas être systématique, il faut veiller à trouver le juste degré d’intervention eu égard à la libre installation des médecins et aux contraintes pesant sur les finances locales.

C’est à l’offre de soins de s’adapter au milieu rural et non l’inverse.

La télémédecine est l’une des solutions d’avenir mais elle a des limites telles l’accès à Internet pour les personnes âgées et le besoin d’auscultation. Elle constituera néanmoins un outil. Innovations se soldant tantôt par des échecs, tantôt par des succès prometteurs : maisons pluridisciplinaires, centres de santé municipaux, bus mobile dans lequel un médecin donne des consultations, développement de programmes d’éducation à la santé, meilleure mise en réseau entre professionnels installés et futurs praticiens afin de faire tomber les clichés sur le milieu rural… Je souhaite promouvoir toute nouvelle innovation pratique allant dans le sens d’une amélioration de l’offre de soins dans les territoires ruraux.