Renforcer la sécurité des événements sportifs et dialoguer avec les supporters

Alors que le Sénat avait adopté mardi 5 avril 2016, la proposition de loi relative à la lutte contre le hooliganisme, l’Assemblé Nationale a adopté sans modifications le même texte, le 28 avril.

Ce texte vise à assurer la sécurité des événements sportifs, en évitant les débordements et en clarifiant les rôles de chaque acteur : l’État, les organisateurs et les supporters. A quelques mois de l’Euro 2016, il était impératif de renforcer la sécurité à l’intérieur comme à l’extérieur des stades, à un moment où la France sera la capitale du football européen. Pour Catherine Troendlé (Haut-Rhin), rapporteur du texte, il faut : « Responsabiliser les supporters tout en leur rendant leur place dans l’organisation des événements et rencontres sportives ».

La majorité sénatoriale a permis d’enrichir le texte :

  • Par un premier volet concernant la sécurité. L’allongement de la durée maximale de la première interdiction de stade passerait à 24 mois, et 36 mois en cas de récidive. L’objectif serait d’éviter le déplacement des supporters violents, voire de leur interdire l’accès aux « fan-zones ».
  • Dans un deuxième volet consacré à l’amélioration du dialogue entre les acteurs du sport. Une instance nationale des supporters serait créée, où chaque groupe pourrait désigner un référent qui contribuerait au bon déroulement des compétitions sportives.

L’objectif du groupe Les Républicains, auquel s’est associé l’Assemblée Nationale : assainir les relations entre supporters et organisateurs, renforcer la sécurité et préserver le côté convivial des événements sportifs.