Jean Bizet : « La nationalité se mérite au quotidien »

Jean BIZET, Président de la commission des affaires européennes, a défendu hier, lors de la discussion de la proposition de loi de son collègue Philippe BAS (Président de la commission des Lois) tendant à renforcer l’efficacité de la lutte antiterroriste, un amendement proposant d’étendre la déchéance de nationalité à tout Français, binational ou non, s’il se rend coupable de terrorisme. Cette proposition s’inscrit dans la droite ligne de la résolution européenne du 30 mars 2015 adoptée au Sénat après une journée de travail avec sept parlements européens.

Le Sénateur de la Manche a insisté sur la portée symbolique d’une telle décision et sur la nécessité de rappeler qu’être Français signifie avoir des droits ET des devoirs. « C’est une affaire de symbole, mais les symboles ont leur importance. La nationalité se cultive et se mérite au quotidien » a-t-il-déclaré.

Il a également invité la représentation nationale à sortir des débats académiques et juridiques qui durent depuis plusieurs mois pour se mettre enfin en accord avec l’opinion publique. « Beaucoup de Français ont le sentiment de perdre leurs repères. Ils attendent de L’État qu’il rappelle que certaines valeurs et certains principes de la République sont intangibles ».

Jean Bizet regrette aussi les tergiversations du Gouvernement sur la déchéance de nationalité et l’enjoint à se recentrer sur les priorités du moment : « Qu’attend le gouvernement pour trancher définitivement cette question et revenir à des sujets qui préoccupent les Français au quotidien ? A quand de vraies réformes structurelles qui éviteront à la France de connaître la déchéance économique ? »

Le Sénateur de la Manche a finalement retiré son amendement, en accord avec le rapporteur Michel Mercier, tout en assurant qu’il resterait vigilant sur cette question. « Il y va de la survie de notre démocratie », a-t-il-conclu.