Dominique Estrosi-Sassone : « Squats : des réseaux mafieux étrangers structurés ! » Direct-Matin

La sénatrice Dominique Estrosi-Sassone est intervenue mercredi au palais du Luxembourg sur la proposition de loi UMP dont elle est cosignataire, qui vise à faciliter l’expulsion des squatteurs d’un domicile. La présidente de Côte d’Azur Habitat confie à Direct Matin l’ampleur de ce phénomène dans le département.

Quel est le profil des squatteurs ?

Nous sommes rarement confrontés à des cas de marginaux ou d’accidentés de la vie. Le gros du problème des squats provient aujourd’hui de réseaux mafieux étrangers très structurés qui sont arrivés à la suite des bouleversements géopolitiques. Ils font de ce phénomène une économie pérenne. Moyennant finance et jouant sur la fragilité de certaines personnes, ils les incitent à franchir le pas. Le bilan est malheureusement alarmant car le nombre de logements squattés a doublé sur une année. Il y a 140 procédures en cours sur les 20 000 logements, contre une quarantaine les années précédentes.

Pourquoi une telle impunité ?

Il y a un vide juridique. Théoriquement, il faut que le préfet intervienne en moins de 48 heures après l’arrivée des squatteurs Ce n’est pas un délai légal, mais c’est devenu un délai d’usage. Au-delà, les forces publiques ne peuvent plus agir. Les procédures sont ensuite longues et conteuses, en moyenne 8 900 euros. Sans compter les dégradations, les branchements sauvages au niveau de l’électricité. Les logements sont dans un tel état lorsqu’on les récupère qu’on ne peut les réattribuer tout de suite. Il faut savoir que nous recevons 8 000 dossiers de demande par an, et 2 500 sont attribués.

Que proposez-vous ?

Il faut aller plus loin, par voie législative ou voie réglementaire. Eradiquer les opportunités trouvées par les squatteurs. Par exemple, s’ils se font envoyer un courrier à l’adresse du logement qu’ils occupent cela vaut élection de domicile, et ils ne peuvent donc plus être délogés par les forces de l’ordre. Certains sites internet font l’apologie des squats et donnent des astuces à travers ide guide du parfait squatteur pour contourner la loi II faut lutter contre ce genre de pratiques et la progression de ce phénomène L’arsenal législatif et réglementaire n’est plus suffisant il faut pouvoir être plus pertinent dans l’exécution des décisions de justice. Car le droit de propriété doit perdurer