Comment concilier transition énergétique et réindustrialisation ?

Aujourd’hui, près de 50% de l’électricité d’origine nucléaire obtenue sur le territoire de l’Union européenne est produite par la France et l’Allemagne. Pourtant, cette dernière a entamé une élimination à marche forcée de sa filière électronucléaire, que son programme d’énergies renouvelables ne parviendra pas à combler. Ce choix est à la fois coûteux mais également compensé par deux sources d’énergie polluantes, à fort taux d’émission de CO2 : le charbon et le lignite.

Peut-on alors véritablement se passer de la filière électronucléaire ? Pour Jean Bizet (Manche), qui présentera le 21 mai ses recommandations sur la coopération énergétique franco-allemande, le doute est permis. Alors que le prix de l’énergie joue un rôle croissant depuis la révolution du gaz de schiste aux Etats-Unis, l’électricité d’origine nucléaire demeure la seule à même de financer une transition énergétique qui s’étalera sur le long terme. La France et l’Allemagne se trouvent donc face à un défi écologique et économique : celui d’élaborer une véritable politique énergétique conciliant transition énergétique et recherche de nouveaux moteurs de croissance.