Jean-Noël Cardoux : « Quelle crédibilité pour le Gouvernement ? »

Depuis plusieurs jours, les socialistes, par un habile tour de passe-passe, affirment que les 50 M € d’économie dans les dépenses publiques (dont 39 M d’€ seulement identifiés) suffiraient à financer les mesures en faveur des entreprises et des foyers modestes, annoncées par le Premier ministre.

Le gouvernement pensait en effet, obtenir un nouveau délai de Bruxelles pour réduire notre déficit public à 3 % du PIB.

Dans le même temps, en différant la prise d’effet des aides aux entreprises – réduction de l’impôt sur les sociétés en particulier – il faisait le pari hasardeux de les financer grâce à une croissance retrouvée. De la cavalerie en quelque sorte !

Mais Bruxelles a sifflé la fin de la récréation en refusant tout délai supplémentaire pour le rétablissement de nos finances. D’où ce retournement spectaculaire dans la communication de Messieurs Valls et Sapin.

Il est vrai que les socialistes sont devenus des spécialistes de ces volte-faces assumées avec aplomb.

L’alternative pour le Premier ministre est maintenant parfaitement claire :

  • ou il met réellement en œuvre le plan d’économie avec les impopulaires mesures d’austérité qui en résulteront ;
  • ou il ne tient pas ses promesses.

Il est à craindre que la seconde proposition soit la plus vraisemblable.