Pour une TVA cohérente

Oui, il faut augmenter la TVA, mais pas n’importe comment !

Le précédent gouvernement l’avait envisagé mais trop timidement, et les socialistes se sont empressés de supprimer la TVA anti-délocalisation de Nicolas Sarkozy, qui aurait permis de réduire les charges sociales des entreprises de 5%.

La hausse prévue en 2014 dans la loi de Finances, n’est qu’un replâtrage budgétaire sans ambition ni cohérence.

En réalité, il faut un véritable « big-bang » en la matière avec des taux progressifs pouvant s’échelonner de 5 à 25 % en fonction des activités concernées :

  • les plus bas s’appliqueraient aux biens et produits de première nécessité, ainsi qu’aux travaux et services effectués en France afin de décourager le travail dissimulé ;
  • les plus hauts frapperaient les produits de luxe et importés, tout en permettant de mettre en œuvre une véritable fiscalité environnementale.

Seule une telle réforme serait susceptible de faire baisser le coût du travail et de relancer l’économie.

Pour cela il faut une véritable stratégie et beaucoup de courage, tout ce dont est dépourvu l’actuel gouvernement.

Jean-Noël Cardoux