Sophie Primas : « Les Sénateurs sont-ils si ringards que cela ? »

Force est de constater que la lecture de la presse et les réactions toujours fleuries des réseaux sociaux montrent combien le débat démocratique est abimé par la sur médiatisation politicienne des projets de loi , bien organisée par une gauche bien-pensante.

Que ressort-il des débats du Sénat concernant la loi sur le non cumul des mandats, votée par une très large majorité par cette assemblée, au delà des clivages gauche droite ?

  • 1. Les nombreux cumuls de fonction qui étaient encore possibles pour les parlementaires ne le seront plus.
  • 2. Le cumul d’un SEUL mandat local exécutif avec un mandat de Sénateur sera possible.
  • 3. La rémunération du mandat local sera supprimée dans le cas de ce cumul. Ainsi, l’indemnité de parlementaire sera la seule rémunération des Sénateurs. Cela coupera donc court à tout procès d’intention sur le cumul des indemnités ( qui étaient déjà écrêtées)
  • 4. Grâce à la possibilité de cumul simple de ces deux seules fonctions, le lien fondamental entre le travail de parlementaire national et la réalité territoriale sera maintenu au Sénat. Pourquoi interdire à un maire d’une petite ou d’une grande ville de mettre son expérience , son appréciation réelle de l’application des lois dans la vraie vie au service de l’intérêt général national ? La richesse du Sénat vient de la diversité des expériences , des fonctions, des parcours et des territoires de chacun. Se priver de cela est affaiblir la pertinence et la spécificité du Sénat.

Ce qui est vrai pour les Sénateurs l’est aussi pour les Députés. Je regrette donc que le premier amendement que le groupe UMP avait déposé, autorisant un cumul unique pour les Députés et les Sénateurs ait été retoqué.

Ce texte est un texte moderne, protégeant nos institutions même s’il est moins démagogique que le texte initial du Gouvernement. J’observe d’ailleurs que de nombreux parlementaires socialistes y souscrivent.

Reste que les questions du statut de l’élu, de la représentativité de nos chambres en termes socio démographiques et socio professionnelles, du cumul des non parlementaires n’ont pas été traitées.

Mais dans cette période d’arrivée des feuilles d’impôt, le gouvernement a besoin de succès. Alors en avant la démagogie !