Jean-Noël Cardoux : Où est la transparence ?

Au moment où le gouvernement parle de transparence et veut lutter contre les conflits d’intérêts en interdisant quasiment toute activité professionnelle aux parlementaires, un observateur attentif constatera que la plupart des intervenants de l’actuelle majorité (auteur de la proposition de loi – rapporteur – orateurs) dans le débat sur l’ouverture des réseaux de soins aux mutuelles – tant à l’Assemblée nationale qu’au sénat – sont ou ont été Président, Vice-Président ou Directeurs d’organismes mutualistes importants.

Ce texte visant à autoriser les mutuelles à pratiquer des remboursements différenciés, est une nouvelle atteinte à la libre-concurrence et à l’indépendance des professions de santé. Ne s’agit-il pas là de l’utilisation d’un mandat public au profit d’intérêts particuliers ?

Il est vrai que les mutuelles sont en principe à but non-lucratif. Il ne peut donc y avoir aucun conflit d’intérêt et la majorité socialiste est en règle avec sa conscience ! Le cynisme n’a pas de limite !