Question d’actualité de Xavier Pintat, Sénateur UMP de la Gironde

Xavier Pintat - Volet militaire des évènements du Tchad

Xavier Pintat

Ma question s’adresse à M. le ministre de la défense.

Avant tout, permettez-moi de rendre hommage au remarquable travail des soldats français au Tchad, dont on parle trop peu.

La capitale N’Djamena a vécu samedi dernier une tentative de renversement du gouvernement d’ldriss Déby par des groupes rebelles. Ces affrontements ont provoqué de très nombreux morts et blessés parmi les combattants, mais également au sein de la population civile. Environ 30 000 Tchadiens se sont réfugiés au Cameroun voisin.

Cette tentative de prise de pouvoir par la force a été fermement condamnée par l’Union européenne, ainsi que par le Conseil de sécurité des Nations unies, à travers la déclaration de son président.

C’est dans ce contexte que les troupes françaises, déployées dans le cadre de l’opération Épervier, ont procédé avec rapidité et efficacité à l’évacuation de plusieurs centaines de ressortissants français et étrangers présents sur place, notamment les personnels des ambassades d’Allemagne et des États-Unis.

Il convient de rappeler que les troupes françaises, injustement mises en cause par l’Alliance rebelle dirigée par le général Nouri, n’ont en rien pris part aux combats entre les deux belligérants. Elles ont strictement respecté les termes de l’accord de coopération technique qui nous lie au Tchad et porté secours aux blessés tchadiens, qui ont été transférés dans les hôpitaux, y compris donc à l’hôpital militaire français.

M. le ministre de la défense revient tout juste du Tchad. Monsieur le secrétaire d’État chargé de la coopération et de la francophonie, alors qu’un calme tout relatif semble être revenu dans la capitale, N’Djamena, pouvez-vous faire le point sur la mission assignée aux forces françaises, au regard de nos accords avec le Tchad mais aussi de la déclaration du Conseil de sécurité ?

Par ailleurs, pouvez-vous nous dire comment se présente la poursuite du déploiement de la force européenne Eufor ?

Les vingt pays participants viennent de réaffirmer leur engagement lors de la dernière réunion du Comité politique et de sécurité, le COPS, à Bruxelles.

Monsieur le secrétaire d’État, peut-on espérer une reprise rapide du déploiement de cette mission indissociable de la mise en place de la force hybride de l’Union africaine et des Nations unies au Darfour ?

La réponse de Jean-Marie Bockel, secrétaire d’État chargé de la coopération et de la francophonie

Monsieur Pintat, je veux tout d’abord vous prier d’excuser l’absence de M. Hervé Morin : celui-ci qui, comme vous l’avez rappelé, est rentré hier soir de N’Djamena, se trouve aujourd’hui à Vilnius pour le sommet de l’OTAN.

Vous avez raison de le souligner, la France peut être fière de ses soldats, dont l’action a été à la fois courageuse et professionnelle, dans des circonstances parfois extrêmement dangereuses, notamment lors de l’évacuation et de l’exfiltration de ressortissants étrangers ou des personnels des ambassades. Comme vous l’avez rappelé à juste titre, nos soldats ont strictement respecté les termes de notre accord de coopération technique. Le président Déby a d’ailleurs eu l’occasion de remercier à plusieurs reprises la France du soutien qu’elle lui avait apporté dans le cadre de cet accord.

À la minute où je vous parle, des combats parfois assez violents se poursuivent au Tchad avec, notamment, des offensives rebelles dans plusieurs villes. Dans ce contexte, je rappellerai une fois encore la légitimité du gouvernement tchadien, comme l’ont fait d’ailleurs le Conseil de sécurité des Nations unies, qui appelle la communauté internationale à apporter son aide à ce pays agressé, ainsi que l’Union africaine.

Ces organisations s’expriment d’autant plus volontiers en ce sens qu’elles savent que nous avons respecté les termes de l’accord qui nous lie au Tchad, ce qui renforce encore la légitimité de notre position et de notre action dans ce pays - je crois que cela que méritait d’être souligné. Nous avions d’ailleurs agi de la même façon lors des précédentes offensives rebelles, en novembre et en décembre dernier.

Nous continuerons à soutenir le Tchad sur un plan logistique, matériel, médical et humanitaire.

Enfin, en ce qui concerne Eufor, la pertinence d’une telle force est plus que jamais avérée après les troubles de ces derniers jours, qui ont été causés par des rebelles venus du Soudan. La question des réfugiés du Darfour reste entière, comme M. Solana le rappelait encore lundi.

Dès dimanche dernier, la présidence slovène de l’Union européenne affirmait son engagement à poursuivre un tel déploiement, et tous les contributeurs européens nous assurent de leur détermination à respecter leurs engagements.

Sur un plan logistique et technique, le général Patrick Nash, qui commande cette opération, a suspendu le déploiement jusqu’au 12 février prochain. À cette date, il évaluera alors la situation avec les partenaires que nous sommes pour déterminer quand pourra reprendre la projection de la force. Nous estimons aujourd’hui que, sauf événement imprévisible, une dizaine de jours de retard est parfaitement rattrapable : le déploiement sera donc achevé au mois de mai prochain, avant la saison des pluies.

Voulue et soutenue par la communauté internationale, cette force est plus que jamais nécessaire : elle accomplira sa mission.