Bruno RETAILLEAU : « Nous attendions un virage, n’avons rien eu. »

Bruno Retailleau réagissait à l’allocution du Président de la République le dimanche 14 juin 2020.

Pour lui, c’était « un exercice oratoire d’auto-justification » alors que :

  • les morts français du COVID19 se comptent par millions d’habitants,
  • nous nous apprêtons à traverser une des récessions économiques les plus violentes au monde,
  • notre État de droit est mis entre parenthèse...

Retrouvez sa réaction :

Concernant le bilan de la crise sanitaire, Emmanuel Macron n’a pas eu le courage de dire la vérité.

La France est malheureusement parmi les pays européens où la mortalité est la plus lourde. Tous les malades n’ont pu être accueillis. Et c’est en France que la récession sera la plus forte. Le dire l’aurait amené, il est vrai, à reconnaître qu’il s’est trompé. Si la crise a été surmontée c’est grâce au travail remarquable des soignants et à eux seuls. L’État pendant toute cette crise se sera noyé dans la bureaucratie.

Ouvrir une nouvelle étape : l’objectif est louable, il est même absolument nécessaire, mais réformer la France c’est revenir sur les évidences d’hier qui étaient des erreurs. Erreur du laisser-aller migratoire. Erreur d’avoir laissé se développer un État obèse. Erreur d’avoir bridé la liberté. Erreur de ne pas avoir fait respecter en toute circonstance l’autorité de l’État. Erreur d’avoir baissé le temps de travail. Erreur d’avoir laissé venir du bout du monde les produits que nous consommons. Sur ces sujets essentiels, nous attendions des réponses concrètes, nous attendions un virage. Nous n’avons rien eu.

C’était un discours pour rien. L’autosatisfaction a été le fil conducteur de son propos. À se demander si Emmanuel Macron a encore conscience de la réalité.

Bruno RETAILLEAU
Président du groupe Les Républicains au Sénat