Bruno RETAILLEAU : « L’Europe ne peut pas se contenter d’emprunter, elle doit aussi se réformer. »

Bruno Retailleau réagit à l’annonce du plan de relance européen de 500 milliards d’euros.

L’Europe s’apprête à consentir à un effort exceptionnel pour affronter la crise, en créant une dette commune de 500 milliards d’euros.

Mais cette dette commune doit nous créer des obligations communes. Ces 500 milliards sont une solution à court terme mais il nous faut une réponse à long terme. Car cet argent sera gagé sur le budget des États européens. Il devra donc être un jour remboursé par les Européens et c’est pourquoi il est essentiel qu’il bénéficie à la croissance et à la compétitivité des pays de l’Union.

C’est pourquoi l’Europe ne peut pas se contenter d’emprunter, elle doit aussi se réformer. Sans une taxe écologique aux frontières de l’Europe, sans une clause de préférence européenne pour nos marchés publics et sans une révision de nos règles sur la concurrence, le commerce international et les aides d’État, ces 500 milliards risquent d’alimenter encore les économies de nos concurrents, et notamment les pays asiatiques.

Il est donc essentiel que cette relance européenne soit bâtie sur les plans d’une nouvelle construction européenne.

Bruno RETAILLEAU
Président du groupe Les Républicains au Sénat