B. Retailleau : Emmanuel Macron à Mulhouse « Son discours est très ambigu : il essaie de ne choquer personne et de ménager tout le monde. »

Le président du groupe Les Républicains au Sénat réagit aux propos d’Emmanuel Macron à Mulhouse.

Le discours d’Emmanuel Macron était confus sur le fond et très faible sur les mesures. C’est un discours très ambigu, qui essaie de ne choquer personne et de ménager tout le monde. En revendiquant l’existence d’identités multiples en France et en parlant de stigmatisation Emmanuel Macron est une fois de plus dans une posture multiculturaliste et victimaire. Il ne peut pas y avoir de En même temps dans la lutte contre l’islamisme.

Sur le fond, le Président de la République a tort de dire qu’il ne s’agit pas d’un problème de laïcité. C’est bien au nom de pratiques religieuses que les islamistes cherchent à constituer une contre-société, avec des symboles comme le voile ou des revendications comme les horaires différenciés dans les piscines. Quand le Président fait un tel contre-sens sur la laïcité, il se condamne à l’impuissance.

Sur les mesures, elles sont très faibles ou très floues et ne permettront pas de faire régresser l’islamisme territorial. Rien sur les expulsions des prêcheurs de haine, rien sur l’assimilation sans laquelle on ne pourra pas lutter contre le communautarisme. Je trouve très dangereux d’instituer le CFCM comme l’interlocuteur privilégié du dialogue avec l’État quand on sait que son délégué général, il y a quelques semaines, expliquait que Mila l’avait bien cherché... Le CFCM est une instance qui nourrit trop de liens avec les pays étrangers pour être totalement indépendante.

En réalité, Emmanuel Macron n’a ni le logiciel, ni les ministres, ni la majorité pour combattre efficacement l’islamisme.

Bruno Retailleau
Président du groupe Les Républicains au Sénat