Service minimum dans les transports publics : avec ce texte, une grève dans les transports publics ne pourra plus bloquer intégralement le pays.

Le Sénat vient d’adopter la proposition de loi proposée par Bruno Retailleau et rapportée par Pascale Gruny tendant à assurer un service minimum dans les transports publics.

Il s’agit d’apporter une réponse au blocage que notre pays a connu pendant plusieurs semaines et qui a rendu la vie de très nombreux Français, en particulier les moins aisés d’entre eux, extrêmement difficile.

Le texte voté prévoit de garantir un service minimum de transport afin de répondre au besoin essentiel de la population.

C’est une réponse à la prise en otage des usagers des transports publics. Le droit de grève est un droit essentiel mais il doit être rééquilibré afin d’assurer la continuité du service public de transport.

Avec ce texte, une grève dans les transports publics ne pourra plus bloquer intégralement le pays. Afin de faciliter la vie des usagers, ce texte prévoit également un remboursement automatique des voyageurs en cas d’annulation des voyages.

La position du Gouvernement sur ce projet a été, une fois encore, ambiguë : il n’est ni favorable, ni défavorable à un service minimum !

C’est ce qui l’a conduit à proposer, en mal d’arguments, la création d’un groupe de travail. Cela s’appelle botter en touche.