Sophie PRIMAS : « La colère des agriculteurs monte dans les territoires parce que le discours du gouvernement se traduit par des actes contradictoires ! »

Le gouvernement nous dit soutenir la transition écologique mais il n’y a rien dans le projet de loi de finances 2020 pour accompagner significativement une modification profonde des modes de production. Le gouvernement interdit les produits phytosanitaires, mais rien n’est fait pour certaines filières qui vont être dans l’impasse, comme le souligne même la majorité dans son rapport à l’Assemblée nationale.

Le gouvernement fait adopter une loi Egalim censée sauver le revenu agricole, mais elle porte sur 20 % des revenus et un an après son entrée en vigueur, rien n’a changé !

Le gouvernement, qui laisse le CETA s’appliquer et va soutenir l’ouverture de nouveaux quotas de viandes bovines en provenance des Etats-Unis ouvre nos marchés à des produits qui ne répondent pas aux exigences de production imposées aux agriculteurs français.

Il dit qu’il prépare l’avenir, mais laisse se construire une Politique Agricole Commune qui actera son affaiblissement et une renationalisation qui conduira à une concurrence déloyale intra-européenne mortifère.

Il est urgent de répondre à la détresse des agriculteurs. C’est pourquoi Sophie Primas demande qu’un véritable projet de loi de programmation agricole soit discuté afin de permettre tout simplement à nos agriculteurs de vivre de leur travail et à la France et aux Français de bénéficier des formidables opportunités qu’offre notre agriculture en matière de souveraineté alimentaire, de qualité, de transition environnementale et de recherches de nouvelles énergies.

Sophie Primas
Présidente de la commission des Affaires économiques du Sénat