Le projet de loi de finances 2020 est celui du renoncement.

Les sénateurs débutent cet après-midi l’examen du projet de loi de finances pour 2020.

Les sénateurs dénoncent une baisse de la fiscalité en trompe-l’œil, qui se finance par la dette et s’accompagne de hausses par ailleurs. Par ailleurs, alors qu’il serait nécessaire de retrouver des marges de manœuvre budgétaires, il apparaît clairement, que le Gouvernement a totalement renoncé à redresser les comptes publics.

Les sénateurs Les Républicains feront des propositions constructives, s’opposeront aux hausses de fiscalité et proposeront des économies.
Ils proposeront notamment des mesures en faveur des oubliés de ce quinquennat : les familles et les classes moyennes supérieures.

En ce qui concerne la fiscalité des entreprises, ils refuseront toute hausse.
Refusant une fiscalité écologique de rendement, ils rétabliront par exemple les comptes d’affectation spéciale « Transition énergétique » et « Aides à l’acquisition de véhicules propres ».

En matière de fiscalité locale, ils veilleront notamment à améliorer la compensation pour les communes, les EPCI et les départements. Ils demanderont également la prorogation d’une année supplémentaire le dégrèvement de la taxe d’habitation, afin de permettre d’avoir une simulation en 2020 et 2021 et d’avoir une réponse en matière de calcul du potentiel fiscal qui détermine la péréquation.