Bruno RETAILLEAU « Le gouvernement a une idée fixe : baisser le pouvoir d’achat des retraités ! »

Après la hausse de la CSG, la sous-indexation des retraites, le gouvernement, par l’intermédiaire de son porte-parole, a annoncé vouloir réduire un avantage accordé aux personnes âgées de plus de 70 ans qui emploient une aide à domicile.

Bruno Retailleau a réagi.

Après la hausse de la CSG, après la sous-indexation des retraites, c’est au tour des déductions fiscales profitant aux personnes de plus de 70 ans employant une aide à domicile d’être dans le collimateur du gouvernement.

Ce projet est une double faute :

> D’abord parce que faire des retraités les nouveaux boucs émissaires n’est pas digne. Les personnes âgées méritent notre respect et on ne peut réduire la considération que l’on doit leur porter à une simple variable d’ajustement budgétaire.

> Ensuite parce le vieillissement de la population appelle des réponses multiples au rang desquelles l’aide à domicile devrait avoir une place de choix. Faciliter l’aide à domicile, c’est permettre à une personne âgée de rester chez elle. Cela correspond au désir des plus âgées et, de surcroît, c’est infiniment moins coûteux pour la collectivité que le passage par la maison de retraite.

Ce projet est un projet à courte vue qui tourne le dos au besoin lié au vieillissement de la population et à ce qui devrait être un objectif partagé : permettre aux personnes âgées de bien vivre le plus longtemps possible.

Bruno Retailleau,
Président du groupe Les Républicains au Sénat