Bruno RETAILLEAU « Les économies c’est soit aux oubliettes, soit pour plus tard, soit pour les autres ! »

Le candidat Emmanuel Macron avait promis aux Français des économies. Économies ô combien nécessaires dans un pays champion du monde de la dépense publique. Sa mesure phare était la réduction de 120.000 du nombre de fonctionnaires : 50.000 dans le périmètre de l’État et 70.000 dans les collectivités territoriales.

Gérald Darmanin vient d’officialiser le renoncement : la promesse des 50.000 passe à... 15.000. Si l’État, dont le déficit est reparti à la hausse en 2018, s’affranchit des efforts promis, l’effort est en revanche maintenu pour les autres !

L’objectif de 70.000 pour les collectivités locales demeure, alors même que les collectivités ont déjà consenti à des efforts très importants ces dernières années.

Concernant la dette, la logique de l’État est la même : « faites ce que je dis, pas ce que je fais ». Les collectivités vont contribuer à baisser la dette de l’État pendant que l’État va l’augmenter.

L’ancien ministre de François Hollande tient décidément bien de son ancien mentor : comme sous le précédent quinquennat, les économies c’est soit aux oubliettes, soit pour plus tard, soit pour les autres !

Au rythme où nous allons le quinquennat d’Emmanuel Macron aura dégradé la situation budgétaire de la France.

Bruno Retailleau
Sénateur de la Vendée
Président du groupe Les Républicains au Sénat