Florence Lassarade : Il faut aider les mineurs isolés en errance et abattre les réseaux de délinquance !

Jeudi 20 juin 2019, Mme Florence Lassarade, sénatrice de Gironde, a interrogé le Premier Ministre sur les phénomènes de bandes de mineurs isolés errant en bande dans Paris et Bordeaux.

Mme Florence Lassarade . - Des mineurs isolés d’origine étrangère errent en bande dans Paris et Bordeaux. Ce phénomène, né à la Goutte d’Or il y a trois ans, s’est étendu sans que l’on parvienne à l’endiguer. Ces mineurs sont pour la plupart polytoxicomanes, très violents et spécialisés dans les vols et agressions. Près de 6 000 mineurs, essentiellement des garçons, ont été arrêtés à Paris et en petite couronne.

Ces mineurs sont d’abord des enfants, des victimes avant d’être des délinquants. Des réseaux criminels les drogueraient afin qu’ils volent pour alimenter les circuits de revente. Les associations et la justice font leur possible.

Nous ne devons pas céder au fatalisme et à la résignation. Notre responsabilité est d’apporter des réponses pour aider ces jeunes en errance et abattre ces réseaux. Quelles mesures le Gouvernement compte-t-il prendre ?

M. Marc Fesneau, ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement . - Ce phénomène connu a d’abord émergé dans la capitale avec l’arrivée de nombreux mineurs, essentiellement d’origine marocaine. D’emblée, nous avons pris l’attache des pays de départ. Une coopération renforcée est à l’oeuvre avec le ministère de la Justice. Nous avons eu des résultats probants en matière de reconduite dans le pays d’origine. Le ministère de l’Intérieur s’est concentré sur la lutte contre les trafics d’êtres humains ; plus de 25 réseaux ont été démantelés en 2018.

Les nouvelles voies d’immigration vers l’Europe passent désormais par l’Espagne, ce qui explique que la Gironde soit plus touchée qu’auparavant. Nous prenons le problème très au sérieux ; la préfète de Gironde rencontrera dès demain les consuls marocain et algérien afin de mettre en place un réseau de coopération.

Mme Florence Lassarade. - Vous ne m’avez pas répondu sur la santé de ces jeunes en errance. Les acteurs de terrain, les Français confrontés quotidiennement à cette misère attendent une solution. J’espère que les élus pourront être associés.
Nous attendons des actes.