Restauration de Notre-Dame : le Sénat réécrit la loi d’exception envisagée par le Gouvernement

Opposé à l’adoption d’une loi d’exception et insistant sur le caractère exemplaire des opérations susceptibles d’être menées pour la reconstruction de l’édifice, le Sénat a adopté, lundi 27 mai 2019, une version profondément remaniée du projet de loi pour la conservation et la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le Sénat a ainsi supprimé l’ensemble des mesures dérogatoires prévues par le projet de loi autorisant le Gouvernement à prendre par ordonnances toute disposition visant à adapter la réglementation de droit commun applicable aux opérations de restauration. « Oui, le chantier de Notre-Dame est un chantier exceptionnel. C’est la raison pour laquelle il doit être exemplaire. Ce chantier doit devenir une vitrine : une vitrine de notre régime de protection patrimoniale, une vitrine de nos savoir-faire dans ce domaine, bref une vitrine à la hauteur de notre réputation !  » a souligné M. Alain Schmitz (Yvelines), rapporteur du texte.

Bruno Retailleau (Vendée – Président du groupe LR au Sénat) a rappelé qu’il avait fallu des siècles pour construire la cathédrale et regrettait que le Gouvernement substitue l’urgence à la patience.

M. Jean Pierre Leleux (Alpes-Maritimes), Président de la Commission nationale du Patrimoine, a quant à lui demandé non seulement une restitution visuelle, mais également une restitution respectueuse de l’état architectural de la cathédrale antérieur au sinistre.