Le groupe Les Républicains met le loup sous surveillance

Lors de l’examen du projet de loi portant création de l’Office français de la biodiversité, le Sénat a adopté deux amendements de Dominique ESTROSI-SASSONE (Alpes-Maritimes), afin de répondre à la détresse des éleveurs, des élus et des agriculteurs soumis aux attaques récurrentes du loup dont l’expansion est devenue hors de contrôle.

Le premier amendement vise permettre au nouvel Office français de la biodiversité d’émettre un avis sur le plan quinquennal Loup afin de le corriger en fonction de la réalité du terrain et de ne pas devoir attendre cinq ans.

Le second amendement demande au Gouvernement de remettre au Parlement un rapport sur la méthodologie de comptage des loups.

S’appuyant sur les conclusions du groupe de travail des sénateurs Les Républicains, Dominique ESTROSI-SASSONE a rappelé que :

  • le nombre d’attaques était exponentiel (en 2017, 12 000 victimes ont été recensées, soit probablement 15 000 victimes compte tenu des pertes non déclarées) ;
  • le nombre de loups sur le territoire français était largement sous-estimé (hausse du nombre de zones de présence détectées par l’ONCFS) ;
  • la révision de la Convention de Berne est nécessaire ;
  • la fiabilisation des méthodes de comptage doublée de la nécessité de la transparence sur le phénomène de l’hybridation est nécessaire ;
  • le dispositif de gestion de la population des loups doit être revu pour stabiliser son développement et donner aux éleveurs le droit de défendre leurs troupeaux.

Pour les sénateurs du groupe Les Républicains, il faut en finir avec les propos incantatoires du Président de la République  ! La survie de l’espèce est aujourd’hui assuré, il est maintenant urgent d’entériner un certain nombre de mesures visant à sauver l’activité pastorale.

Les mots ne suffisent plus, il faut désormais des actes ! L’Etat ne peut plus continuer à botter en touche tous les cinq ans et ne pas voir la réalité en face.

Dominique Estrosi-Sassone
Vice-Présidente du groupe Les Républicains au Sénat