Le Sénat adopte un amendement de Michel Savin inscrivant le Lyon-Turin dans la loi d’orientation des mobilités et confirmant les engagements internationaux de la France

A l’initiative du Sénateur LR de l’Isère Michel Savin, le Sénat a adopté aujourd’hui un amendement au projet de loi d’orientation des mobilités venant inscrire dans la loi les engagements internationaux de la France relatifs au Lyon-Turin.

Alors que le gouvernement italien a récemment formulé une demande de renégociation des accords internationaux sur ce projet, notamment en ce qui concerne la clé de cofinancement du tunnel transfrontalier, cet amendement est un message clair et rassurant envoyé à l’Italie. Il vient notamment rappeler que le Lyon-Turin est un tout cohérent composé du tunnel de base et de ses indispensables voies d’accès côté français et italien.

Cet ensemble représente une liaison européenne stratégique destinée à répondre pleinement aux enjeux écologiques et économiques du report modal du transport de marchandises et de voyageurs dans les Alpes, et plus largement sur le corridor méditerranéen reliant la péninsule ibérique à l’Europe centrale.

Au-delà de ces grands enjeux internationaux, les voies d’accès françaises participeront aussi à l’amélioration significative des mobilités du quotidien sur les lignes « malades » (en termes de rapidité, de ponctualité, de fréquence…) reliant Lyon aux métropoles du sillon Alpin, à commencer par Grenoble.

C’est pourquoi Michel Savin a rappelé qu’«  il s’agit là d’un enjeu déterminant pour l’agglomération grenobloise, mais également tout le Département. La construction de cette infrastructure structurante doit permettre de continuer à désenclaver la métropole de Grenoble, et lui donner un accès direct à cette ligne structurante du corridor ferroviaire européen ».