Pièces d’identité pour voter : du grand n’importe quoi

La publication en catimini d’une circulaire en novembre 2018 modifiant la validité des pièces d’identité pouvant être présentées pour voter, a conduit Catherine Procaccia, Sénateur LR du Val-de-Marne, à demander des explications au Ministre de l’Intérieur.

Lors de la séance des questions orales du 19 mars, le Ministre a contredit la circulaire : le permis de conduire rose à 3 volets sera finalement accepté. Quant aux cartes d’identité la réponse est confuse puisque le Ministre évoque 20 ans pour les CNI et la circulaire 5 ans maximum après la date limite...

Mais ce qui paraît incroyable à la sénatrice, c’est que le Ministre va demander aux maires d’appliquer les nouvelles règles « avec discernement » et leur demande de juger si « les traits de la personne sont aisément reconnaissables » !

Laisser les 70 000 présidents de bureaux de vote décider si l’électeur ressemble ou non à la photo, c’est organiser un vote à la tête du client et c’est tout simplement discriminatoire.

La sénatrice a demandé si la modification des règles quelques semaines avant les élections européennes et sans publicité n’était pas faite pour évincer du scrutin les personnes âgées, qui souvent ne voient pas l’utilité de faire refaire leur pièce d’identité et qui reprochent au gouvernement l’augmentation de la CSG.