Anne Chain-Larché : Avenir des salariés de l’entreprise Arjowiggins

Question d’Actualité au Gouvernement quant à la situation de l’entreprise Arjowiggins posée par la sénatrice Anne Chain-Larché (Seine-et-Marne) le jeudi 14 février 2019.

Mme Anne Chain-Larché . - Ma question s’adresse à M. le Premier ministre. Elle porte sur l’avenir, que vous avez le pouvoir d’améliorer, des 250 salariés de l’entreprise Arjowiggins, victimes de patrons voyous et charognards.

Arjowiggins est la seule entreprise française à pouvoir réaliser le papier de nos passeports, cartes d’identité, permis de conduire...

Sénatrice de Seine-et-Marne, je suis sidérée par votre mutisme. Pas plus que le président de la République, Bruno Le Maire n’a pas daigné répondre à mon courrier, rien non plus en réponse à la question de Christian Jacob hier à l’Assemblée nationale.

Qui d’autre qu’une entreprise française pour réaliser le papier de nos documents d’identité ? C’est une question de sécurité nationale ! Qu’attendez-vous, monsieur le Premier ministre ? Les salariés se désespèrent, et nous aussi !

M. Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’action et des comptes publics . - La société Arjowiggins Security de Jouy-en-Morin a été placée en liquidation judiciaire le 30 janvier dernier. L’ancienne filiale de Sequana de 265 salariés avait été reprise par le groupe germano-suisse Blue Motion Technologies, qui s’était engagé devant le tribunal de commerce à maintenir les emplois et à investir. Ce groupe n’a pas tenu ses engagements, malgré les efforts de l’État y compris sur le plan financier : le repreneur a eu un comportement irresponsable.

Le Premier ministre a répondu hier au président Jacob et rappelé l’engagement de l’État et dit aussi combien la situation est dégradée.

Les acteurs privés n’ont pas tenu leurs engagements, il faut regarder la réalité en face. La question du président Jacob arguait hier de la capacité des élus locaux à se rassembler pour trouver des solutions.

Mme Anne Chain-Larché. - Assez de vent ! Il n’est pas question ici de savoir si l’on doit cocher la case « parent 1 » ou « parent 2 », mais de sauver des emplois en France et d’assurer notre indépendance !