Refus de la fusion Alstom-Siemens : réaction des élus du Territoire de Belfort

A la suite de l’annonce par la Commission européenne du refus de la fusion Alstom-Siemens, Damien MESLOT, Maire de Belfort et Président du Grand Belfort, Florian BOUQUET, Président du Conseil départemental du Territoire de Belfort, Cédric PERRIN, Sénateur du Territoire de Belfort et Ian BOUCARD, Député du Territoire de Belfort déclarent « prendre acte de la décision sans esprit polémique. Nous ne sommes pas surpris puisque ce risque avait déjà été pointé par l’agence AT Kearney dès 2012, dans une étude commandée à l’agence des participations de l’État.

A ce jour, le carnet de commandes d’Alstom est de 38,1 milliards d’euros, un record et ses résultats financiers sont excellents. L’avenir d’Alstom n’est donc pas menacé à court terme.

A moyen terme, il appartient au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour assurer l’avenir d’Alstom.

Nous souhaitons que l’on puisse envisager :

  • la création d’une coentreprise répartie à 50-50 entre Alstom et un partenaire, sur le modèle de CFM International créé par GE Aviation et Safran pour la production des moteurs d’avions ;
  • ou par la création d’alliances industrielles entre des entreprises indépendantes ».

Les élus du Territoire de Belfort soulignent la nécessité de « recréer une véritable politique industrielle en France, à l’image du Général de Gaulle lorsqu’il a mis en place de grands projets dans les secteurs du nucléaire, de l’espace et de l’aéronautique ».