Marc-Philippe Daubresse : “Pourquoi depuis 2 ans, le Président de la République a fait exactement le contraire de ce que préconisait le candidat Macron en recentralisant à outrance ?”

Question d’Actualité au Gouvernement posée par le sénateur Marc-Philippe Daubresse (Nord) à propos du Grand Débat National.

M. Marc-Philippe Daubresse . - Dans son livre Révolution, Emmanuel Macron écrivait ceci : « Aujourd’hui, les Français ont l’impression que leur gouvernement ne gouverne plus l’Europe, les partis, les marchés, les sondages, la rue ; il existe une confusion sur le détenteur du pouvoir. Quand il n’y a pas de clarté du gouvernement, le peuple se cabre. Il faut savoir expliquer plutôt que de faire de la communication. Une nouvelle étape de la déconcentration de l’État est nécessaire. Je crois dans un nouveau partage démocratique, c’est le fondement de la République contractuelle dont nous avons besoin, République qui fait confiance aux territoires, à la société et aux acteurs, pour se transformer. Les collectivités locales et leurs élus doivent jouer un rôle accru, c’est une nouvelle étape de transfert des pouvoirs vers ces collectivités que nous devons décider. » Nous ne saurions mieux dire, Monsieur le Premier ministre !

Pourquoi le président de la République a-t-il fait exactement le contraire que ce que préconisait le candidat, en recentralisant ?

Allez-vous déconcentrer et décentraliser, comme vous le demande le président du Sénat, garant de l’équilibre des pouvoirs ? Il ne faut pas que votre grand débat national se transforme en grande débâcle...

M. Marc Fesneau, ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement . - Vous avez de saines lectures... L’exercice de mardi dernier avec les maires a prouvé le rôle capital des maires.

Vous avez été le maire de Lambersart, et moi celui d’une commune un peu plus au sud. Nous partageons la connaissance et l’amour des territoires et des collectivités.

Après cinq années de baisse des dotations, le Gouvernement a décidé de les stabiliser. Le président de la République, devant le congrès des maires en 2017, avait indiqué qu’il souhaitait une nouvelle étape de la décentralisation. (Murmures à droite) Il a prôné le droit à la différenciation, quoi de mieux que le droit à la différenciation pour permettre aux collectivités de se saisir des choses ? Nous étions nombreux à être convaincus qu’il fallait une pause sur les réformes territoriales, et le président de la République s’est déclaré ouvert au débat sur la loi NOTRe.

M. Marc-Philippe Daubresse. - Des preuves d’amour, et non des déclarations : organisez une grande conférence territoriale et une grande conférence sociale après le grand débat national. Nous attendons une loi de décentralisation et le respect du Sénat, première assemblée désignée par la Constitution pour représenter les collectivités territoriales !