Burqa : comment, au nom des droits de l’homme, peut-on nier les droits de la femme ?

A l’initiative des sénateurs Les Républicains, le Sénat a voté cet après-midi une résolution dénonçant l’incroyable décision du comité des droits de l’homme de l’ONU adoptée le 22 octobre 2018. Celle-ci exige que la France renonce à la loi de 2010 qui interdit le port de la burqa et indemnise les plaignantes qui se sont vu interdire le port de la burqa.

Cette décision légitime l’islam radical car le port de la burqa n’est pas une simple tenue vestimentaire, et apporte une caution internationale au développement de l’islam radical.

Cette décision contrevient à notre pacte national car elle entre en opposition frontale avec la dignité humaine, l’égalité homme femme et l’unicité de notre communauté nationale. Comment, au nom des droits de l’homme, peut-on nier les droits de la femme ?

Enfin, cette décision contribue à l’aggravation de la crise démocratique car le choix de la société française contre la burqa est clairement établi. La loi de 2010 a été votée et est en résonance avec l’identité de notre pays. Le droit jurisprudentiel international qui, insidieusement, cherche à prendre le pas sur les démocraties nationales doit être rejeté avec la plus grande fermeté et l’interdiction du port de la burqa doit être maintenue.

Bruno Retailleau
Président du groupe Les Républicains au Sénat