Financement des opérations extérieures : « La solidarité interministérielle doit jouer » plaide Cédric Perrin

Alors que le Sénat s’apprête à examiner les crédits de la mission « Défense » pour 2019, Cédric Perrin, Sénateur du Territoire de Belfort, Vice-Président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées et rapporteur des crédits de la défense, apprend avec stupéfaction que le surcoût des opérations extérieures (OPEX) et missions intérieures (MISSINT) non financé cette année, soit 428 millions d’euros, sera intégralement laissé à la charge du ministère des armées, sans recours à l’ensemble des ministères.

« Comment justifier un tel reniement de la parole donnée par le Chef de l’Etat lui-même ? » s’insurge le Sénateur qui rappelle que la solidarité interministérielle est coutumière et ce, « au nom de la contribution nationale à l’effort de défense ».

Le Sénateur est d’autant plus stupéfait par cette annonce, faite en catimini à l’occasion de la présentation du projet de loi de finances rectificative, que le coup de rabot pourrait notamment porter sur les crédits d’équipements, programme dont il est rapporteur.

« Dans ces circonstances, nous ne pouvons que nous inquiéter de la sincérité du budget que le Parlement examinera prochainement ! C’est un très mauvais signal adressé à nos armées qui déploient plus de 30 000 hommes dans des conditions difficiles, où les menaces sont toujours plus grandes  » souligne Cédric Perrin, selon lequel « retarder encore davantage la modernisation des armées serait une injure pour nos armées et une erreur pour notre défense ».

Le Sénateur appelle le Gouvernement au respect de l’engagement du Président de la République qui, il y a quelques mois encore annonçait un « effort inédit et incomparable » pour le budget de la défense, et une augmentation de 1,8 milliard d’euros par an jusqu’en 2022.