Jean-François Husson : Quelles mesures proposez-vous pour engager la transition énergétique ?

Question d’Actualité au Gouvernement posée par Jean-François Husson, Sénateur Les Républicains (Meurthe-et-Moselle), adressé au Ministre de la Transition Energétique et Solidaire, François de Rugy, le jeudi 8 novembre 2018.

M. Jean-François Husson : Vous avez assumé, une nouvelle fois, l’augmentation de la taxe sur les carburants. Faites preuve de justice et non de mesures de circonstance. Vous êtes le chef d’orchestre d’une fiscalité confiscatoire, punitive, que vous vendez aux Français comme la symphonie du nouveau monde, au lieu d’engager la partition de l’écologie positive.

Quelles mesures proposez-vous pour engager la transition énergétique ?

M. François de Rugy, ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire :

Il y a quelques années, vous avez remis un rapport sur la pollution de l’air, avec Leïla Aïchi, qui évaluait les conséquences de cette pollution à 45 000 morts par an. Désormais, Santé publique France l’a réévalué à 48 000 morts.

Vous évaluiez le coût de cette pollution à 100 milliards d’euros et appeliez à l’action - vous aviez bien raison !

Ces dernières années, nous avons constaté bien des atermoiements en matière de lutte contre les pollutions et le changement climatique. En 1998, le Gouvernement avait commencé la convergence essence-diesel, stoppée en 2000. En 2008, on a encouragé les Français à acheter de petites voitures diesel au point qu’en 2012, un pic de vente des voitures diesel a été atteint : 72 % des voitures neuves !

Puis il y a eu le Dieselgate ; nous assumons les mesures que nous avons prises. Libérons les Français de la consommation d’essence et du pétrole. Le diesel ne représente que 36 % des ventes des véhicules neufs. 70 % des ménages changent de voiture grâce à la prime à la conversion, souvent non imposables ; 80 % des voitures qui partent ainsi à la casse roulent au diesel. Oui, il faut agir, et nous le faisons !

M. Jean-François Husson :

Votre politique est incohérente : en 2019, moins de 20 % des prélèvements supplémentaires seront consacrés à la transition énergétique. Et les dépenses baissent de 400 millions d’euros. Vous prenez plus aux Français et donnez moins à la transition écologique !

Le président de la République dit vouloir taxer plus le carburant et moins le travail, mais le carburant permet aux Français d’aller au travail ! Quatre personnes sur cinq qui travaillent doivent utiliser leur véhicule parce qu’ils vivent dans un territoire mal desservi. Les Français, hors métropole, ne méritent pas d’être assignés à résidence !

Les Gaulois réfractaires n’acceptent pas cette politique : en marchant sur la tête, vous voulez les rouler dans la farine !