Un remaniement qui ne servira à rien

Le remaniement d’aujourd’hui est un remaniement forcé, conséquence de l’échec d’Emmanuel Macron qui a vu ses deux ministres les plus importants contester sa méthode et ses choix. Cela aurait dû être un électrochoc.

Pourtant l’Élysée annonce que le mandat du gouvernement restera le même. Une façon de dire que ce remaniement ne servira à rien. Pour réussir il eut fallu qu’Emmanuel Macron se remanie lui-même et fasse preuve d’humilité. Le Président de la République continuera à piloter seul et n’est pas prêt à entendre les Français. Sans changement de cap la France n’ira pas mieux.

Ce remaniement apparaît comme un rétrécissement du macronisme de moins en moins attractif. Il y a un grand perdant, Edouard Philippe, qui n’a en définitive pas pesé lourd dans les décisions.

Il aura fallu attendre 15 jours pour sortir du chapeau le fidèle Castaner. C’est certainement le choix le plus contestable de ce gouvernement. Le ministre de l’Intérieur, ministre de la Laïcité, est désormais clairement communautarisme. On peut sérieusement douter qu’il sera l’homme de la situation pour répondre à l’avertissement de Gérard Collomb : « je crains que demain nous ne vivions face à face  ».

Bruno Retailleau
Président du groupe Les Républicains au Sénat