François-Noël Buffet : « Le silence du Président de la République sur l’affaire Benalla distille un poison insupportable pour la République »

Question d’Actualité au Gouvernement posée par François-Noël Buffet, Sénateur du Rhône, adressée au Premier Ministre et au Ministre de l’Intérieur.

Depuis plusieurs jours maintenant l’affaire dite « Benalla » provoque une véritable crise au plus haut niveau de l’État. Elle a révélé l’existence d’un très proche collaborateur, puisqu’il s’agit du chef adjoint de cabinet du Président de la République, au comportement aussi étonnant qu’inacceptable dans notre État de droit. Par son attitude, cette personne a jeté inutilement l’opprobre sur nos services de police et sur le fonctionnement des dispositifs de sécurité du Président de la République.

M. le ministre de l’intérieur a été interrogé et auditionné hier à l’Assemblée nationale. Il le sera dans quelques minutes au Sénat devant nous et nous attendons de sa part des précisions sur les déclarations qu’il a déjà fournies. M. le préfet de police a lui-même répondu hier à cette commission d’enquête avec clarté et précision, ce que nous soulignons. Nous apprenons de ces différentes déclarations que des mensonges ont été proférés. Une sanction pour une suspension de quinze jours de l’exercice de son travail aurait été prononcée le 2 mai à l’encontre de la personne visée. Elle aurait repris immédiatement, semble-t-il, son activité, alors même que les faits sont d’une gravité absolue et qu’incontestablement ils étaient connus.

La commission des lois fera son enquête pour révéler les failles de ce dispositif incroyable. Il n’empêche qu’une question subsiste : alors que ce très proche collaborateur le Président de la République, avec des compétences fortes et un pouvoir énorme au cœur de la République, est en cause, pourquoi le Président ne dit-il rien, pourquoi ne parle-t-il pas ?