Anne Chain-Larché : Disparition de la fonction de Premier Ministre

Lors de la séance de Questions d’Actualité au Gouvernement (QAG) du mardi 10 juillet 2018, la sénatrice de Seine-et-Marne Anne Chain-Larché a posé une question adressée au Premier Ministre, faisant suite au discours du Président de la République au Congrès de Versailles la veille, et son souhait de pouvoir répondre aux parlementaires.

Question de la sénatrice Anne Chain-Larché :

Le président de la République vient de souffler sa première bougie ; illusions, communications et contradictions sont notre quotidien. Son discours du Congrès ressemblait à celui d’un chef de parti, il ressemblait aussi à celui d’un chef de Gouvernement. Il a proposé de modifier la Constitution pour participer au débat parlementaire devant le Congrès. Nous connaissions déjà sa volonté d’omniprésence, nous découvrons le peu de considération qu’il porte à l’esprit de la Ve République. C’est au Premier ministre de répondre de son action devant les parlementaires ! Le président de la République veut-il la VIe République de Jean-Luc Mélenchon ? Le Premier ministre veut-il s’effacer au point de disparaître ?

Réponse du gouvernement par l’intermédiaire de Christophe Castaner :

On fait beaucoup dire à la Constitution, qui ne dépend que de l’Histoire. Lors de l’écriture du texte de 1958, par René Capitant, Michel Debré et le général de Gaulle, c’est l’hostilité entre président de la République et Parlement qui dominait.

L’interdiction du président de la République de venir au Parlement est liée au talent oratoire d’Adolphe Thiers, alors président de l’exécutif, partisan du régime républicain, redouté des parlementaires majoritairement monarchistes. Lorsque Valéry Giscard d’Estaing, président, s’est rendu au Sénat pour le centième anniversaire de l’institution en 1975, la tribune a été démontée pour déparlementariser l’hémicycle !

On ne peut cesser de demander au président de la République de s’exprimer et refuser de l’entendre. Cela ne porte pas atteinte à la responsabilité du Premier ministre devant le Parlement...