Projet de loi EGALIM : une nouvelle déception pour le monde agricole

Mardi 26 juin 2018, le Sénat débute l’examen du projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous.

Les Etats Généraux de l’Alimentation et le discours de Rungis du Président de la République avaient suscités de grandes espérances dans le monde agricole. Or, dès la présentation du projet de loi en Conseil des Ministres, ces attentes ont été déçues.

« Ce projet de loi ne changera rien pour l’agriculteur » constate Michel Raison, rapporteur du projet de loi. « Pourtant les espérances étaient fortes ; toute la profession agricole s’est montrée unanimement enthousiaste autour de ce que laissait entendre le Gouvernement : assurer une rémunération de l’agriculteur à son coût de revient. Il n’en sera rien demain.  »

En effet, le Gouvernement propose paradoxalement une hausse très hypothétique du revenu des agriculteurs alors « qu’en même temps », il acte de manière certaine la diminution des aides de la politique agricole commune. De façon presque schizophrène, le projet de loi augmente d’ailleurs les contraintes et les charges d’exploitation des agriculteurs.

Pour les Sénateurs Les Républicains, il est impératif de revenir à l’essentiel : plus de revenus et moins de charges pour les agriculteurs ainsi qu’une politique de l’alimentation pragmatique.

Intervention du sénateur Michel Raison, rapporteur, lors de la discussion générale sur le projet de loi EGAlim le mardi 26 juin 2018 :