Politique familiale : On demande de la lisibilité et de la stabilité

Dans le cadre du débat « Comment repenser la politique familiale ?  » qui s’est tenu au Sénat, Guillaume Chevrollier a regretté que le gouvernement n’ait pas de politique familiale ambitieuse.

Alors que le taux de natalité diminue en France, et que la politique familiale est considérée comme une variable d’ajustement financier, Guillaume Chevrollier a rappelé le rôle fondamental de la famille, cellule de base essentielle de notre société de la naissance à la fin de vie.

Or, de nombreuses mesures pénalisantes pour les familles sont mises en place depuis 2012, comme la baisse du quotient familial ou encore la baisse des montants de l’allocation de base de la PAJE (Prestation d’accueil du jeune enfant) pour 2018.

La PAJE est un coup de pouce essentiel pour accompagner les parents à concilier vie professionnelle et vie familiale. La baisse de cette allocation va entraîner une perte totale de 500 M€ pour les familles !

Pour Guillaume Chevrollier, une politique familiale universelle, juste et équitable est la preuve que l’État reconnaît le rôle fondamental de la famille dans la société, indépendamment de toute considération financière.