Bruno Retailleau : « Le sacrifice d’Arnaud Beltrame nous oblige au courage, car il y a pire que l’horreur : l’accoutumance à l’horreur. Le gouvernement est-il prêt à assumer ce courage, totalement et sans ambiguïté ? »