Reculade du gouvernement sur le projet du métro du Grand Paris : la Seine-et-Marne laissée pour compte

Claudine Thomas, Sénatrice de Seine-et-Marne, dénonce la reculade du Gouvernement au sujet de la mise en place du réseau du futur métro du Grand Paris Express.

En effet, le Premier Ministre, M. Edouard Philippe, et la Ministre des Transports, Mme Elisabeth Borne, ont annoncé hier matin le report de la mise en service de nombreux tronçons du futur métro. La Seine-et-Marne est ainsi particulièrement touchée par ces révisions de calendrier.

Deux gares sont prévues dans le département : la station de Chelles, sur la future ligne 16, et la station de Noisy-Champs, terminus de la future ligne 16 et de la ligne 15.

Or, le Gouvernement n’a choisi de désigner comme prioritaire d’ici 2024 qu’une partie de la ligne 16, et celle-ci ne concernera pas les deux dernières stations, Chelles et Noisy-Champs, situées en Seine-et-Marne et dont la mise en service est repoussée à l’horizon 2030.

De plus, le bouclage intégral de la ligne 15 est lui annoncé pour 2030 alors que son intérêt réside dans le fait de former une véritable rocade autour de la capitale.
« Cela est carrément inacceptable  » s’indigne Claudine Thomas qui s’étonne que « l’on abandonne ainsi des possibilités intéressantes d’interconnexion et des dizaines de milliers de Seine-et-Marnais qui prennent les transports chaque jour et payent des impôts au même titre que les habitants des autres départements de la région ».

« Comme d’habitude, nous subissons le deux poids deux mesures » ajoute Claudine Thomas qui « regrette que la Seine-et-Marne, secteur de la région dont la démographie est pourtant la plus dynamique, ainsi laissée pour compte. ».

« De plus, cette situation est particulièrement préjudiciable à notre territoire qui va pourtant accueillir les épreuves de canoë-kayak et d’aviron des Jeux Olympiques de 2024 sur la base de loisirs de Vaires-sur-Marne, entraînant ainsi de nombreux flux de visiteurs en gare de Chelles et d’importantes retombées économiques » souligne la Sénatrice.

Claudine Thomas appelle donc le Gouvernement a revoir cette décision et à trouver de nouvelles marges de manœuvre pour réaliser la partie sud de la ligne 16 et le bouclage intégral de la ligne 15 dans les meilleurs délais afin de ne pas délaisser, une fois de plus, les Seine et Marnais.