Plan loup : Emmanuel Macron ne respecte pas son engagement de « Remettre l’éleveur au milieu de la montagne »

Après une concertation bien inutile, le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, vient de présenter un nouveau plan loup.

Ce plan ne répond absolument pas à l’inquiétude des éleveurs. Ce sera un plan pour rien qui tourne le dos aux attentes du monde rural et de la montagne.

D’abord parce qu’il sous-estime le nombre de loups vivant en France. Il fixe un plafond d’abattage à 40 loups pour les seuls mois de septembre, octobre, novembre et décembre alors que le bon sens aurait été de permettre aux éleveurs, sans contraintes technocratiques successives, de se défendre toute l’année en cas d’attaques.

Ensuite, parce que le plan va durcir les règles d’indemnisation des éleveurs en les conditionnant à l’existence de mesures de protection et d’effarouchement « innovantes ».

Ce plan élaboré et rédigé au cœur de Paris ignore complètement la réalité du terrain et la vie en montagne. Il ignore le quotidien des éleveurs.

Si l’aveuglement et le dogmatisme du Gouvernement persistent, les loups finiront par faire fuir les éleveurs. Nos montagnes désertifiées ne seront plus entretenues et c’est toute l’économie de la montagne qui en pâtira.

Cela devient une habitude sur ce dossier comme sur tant d’autres, Emmanuel Macron n’aura pas respecté son engagement de « remettre l’éleveur au milieu de la montagne ». Plutôt que la ruralité, il a choisi d’écouter les lobbies parisiens.