Patricia Mohret-Richaud : « Si on voulait dégoûter les utilisateurs du train Paris-Briançon, on ne s’y prendrait pas autrement. »