Stéphane Piednoir : « Pourquoi nous faire voter une loi que vous avez déjà mis en application ? C’est un véritable déni de démocratie qui en dit long sur votre considération du Parlement. »