Ladislas Poniatowski : « Fermeture de Fessenheim : Halte au poker menteur sur l’avenir du nucléaire français »

Ce jeudi 6 avril, le Conseil d’administration d’EDF s’est prononcé pour que la demande d’abrogation de l’autorisation d’exploiter la centrale de Fessenheim ne soit adressée à l’État que dans les six mois précédant la mise en service de l’EPR de Flamanville qui devrait intervenir en 2020. En d’autres termes, Fessenheim ne sera pas fermée pendant le quinquennat et Ségolène ROYAL perd son bras de fer.

Cette décision, qui fait écho à l’appréciation positive que porte l’ASN sur le site de Fessenheim s’agissant de ses performances en matière de sûreté nucléaire et de protection de l’environnement, est aussi marquée du sceau de la sagesse. Les administrateurs indépendants, malgré les fortes pressions du Gouvernement, ont bien stipulé que le site de Fessenheim ne pourra être mis hors service qu’à la condition que tous les autres réacteurs du parc EDF soient déclarés aptes au service.

Je salue donc cette décision, d’abord en ce qu’elle permettra de préserver notre indépendance énergétique, mais aussi parce qu’elle est le fruit d’une mobilisation sans faille des salariés du site et de l’ensemble du groupe que les élus Les Républicains continueront de soutenir avec détermination.

Ladislas Poniatowski
Sénateur de l’Eure
Président du groupe d’étude Energie au Sénat