Renforcer l’efficacité de la justice pénale pour mieux protéger les Français !

Mardi 31 janvier, à l’initiative du groupe Les Républicains, le Sénat a adopté un texte visant à renforcer l’efficacité de la justice pénale. Avec une augmentation de 4 % de la violence en 2016, 214 800 victimes de violences physiques, 804 200 vols, 243 500 cambriolages, les résultats de la politique du gouvernement et de la réforme Taubira sont désastreux.

« Les Français ne supportent plus la non-exécution des peines prononcées », François Noël Buffet, auteur de la proposition de loi

Face à une justice pénale à bout de souffle, devenue impuissante, lente et laxiste, la majorité sénatoriale avait à cœur de renforcer le fonctionnement de notre appareil répressif. L’angélisme du gouvernement a affaibli chacun des maillons de la chaîne pénale, conduisant à des peines prononcées non seulement insuffisantes, mais aussi souvent appliquées de manière erratique.

« L’effet dissuasif de la peine tient plus à la certitude de son exécution qu’à sa sévérité ! », François Pillet, rapporteur du texte

Depuis trop longtemps, la gauche et le gouvernement ont considéré que les crimes et délits trouvaient avant tout une justification sociale, écartant la répression au profit d’une indulgence coupable. La majorité sénatoriale ne partage pas cette lecture et considère qu’un délinquant ou un criminel n’est pas une victime. Le texte adopté par le Sénat tient compte de cette réalité et permettra à notre justice d’être plus efficace pour protéger les Français.

Le groupe les Républicains a notamment fait adopter par le Sénat :

  • Le rétablissement des peines planchers
  • La suppression de la contrainte pénale
  • La suppression de la réduction automatique des peines