Bruno Retailleau : « Comment ne pas comprendre l’exaspération des policiers ? »

François Hollande est en train de s’engluer dans le mouvement de contestation des policiers. La nature des réponses apportées n’est pas la bonne. L’indécision de François Hollande est sa marque de fabrique et il n’est porteur d’aucune vision. Le seul discours que l’on entend est celui des moyens matériels supplémentaires qui pourraient être octroyés aux forces de l’ordre. C’est important mais insuffisant.

François Hollande ne veut pas voir que le problème est aussi ailleurs et que le malaise est beaucoup plus profond. La gauche a trop souvent considéré les coupables comme des victimes faisant de l’impunité sa marque de fabrique. Le début du quinquennat a été, à cet égard, désastreux.

Les policiers sont trop souvent considérés comme des suspects. C’est tout le sens de la mesure que le gouvernement vient de faire voter obligeant les policiers à filmer leurs interventions.

C’est enfin un abandon de l’autorité de l’Etat. François Hollande admet l’insupportable ; il regarde se développer les zones de non-droit où la violence anti-flics est la règle. Et laisse les policiers se dépatouiller comme ils peuvent.

L’ADN de la gauche ne lui permettra pas de répondre aux attentes des policiers. Comment ne pas comprendre leur exaspération et soutenir leur mouvement.