Cédric Perrin : « Attentat de Nice : Il faut des actes forts »

Un drame effroyable vient, une fois de plus, de toucher la France en ce jour symbolique du 14 juillet. Mes pensées vont d’abord aux victimes, à ces familles, à ces enfants lâchement assassinés par des barbares. Pour la première fois, ce qui était redouté, vient de se dérouler ; des enfants ont été sauvagement assassinés ! Un seuil a été franchi avec cet acte abject et écœurant !

Une nouvelle fois, des terroristes se sont attaqués à la démocratie, à la liberté et à la République, le jour même où tous les Français célébraient ces valeurs.

L’émotion ne doit pas nous faire oublier le combat que nous devons mener. Les Français ont besoin d’une union pérenne et forte autour des valeurs de la République et des forces de sécurité qui les représentent.

Beaucoup de questions reviennent aujourd’hui concernant les mesures qui ont été mises en place depuis janvier 2015. L’état d’urgence, qui devait prendre fin le 26 juillet, est prolongé de trois mois. Cette mesure ne peut être utile que si elle s’accompagne d’actes forts pour lutter contre le terrorisme, ce qui n’a pas été le cas pour l’instant ! Le Gouvernement parle de guerre mais au delà des mots, il faut maintenant agir. Les Français attendent des mesures radicales afin de lutter efficacement contre les barbares qui pensent trouver dans cette idéologie leur salut.

Depuis des mois, j’interroge le Gouvernement sur la pertinence de l’opération Sentinelle et sur ce que nous ferons au prochain attentat. L’événement d’hier a montré que déployer 10 000 soldats sur le territoire national n’a pas empêché cette tuerie. Plutôt que d’essayer de rassurer les Français ainsi, il serait peut-être temps d’accorder davantage de moyens à une lutte active contre le terrorisme qui passe notamment par une intensification des moyens donnés au renseignement. Il est, par ailleurs, plus que nécessaire d’intensifier nos opérations militaires extérieures afin de proscrire la racine du mal.