Pour en finir avec une orientation scolaire par l’échec !

Mardi 18 octobre 2016, le Sénat examinera les conclusions de la mission d’information sur l’orientation scolaire, dont le rapporteur est Guy-Dominique Kennel (Bas-Rhin).

Le 29 juin dernier, le rapporteur avait présenté les conclusions de son rapport sur l’orientation scolaire. Les travaux du sénateur préconisaient d’en finir avec « une orientation scolaire par l’échec ». Pour Guy-Dominique Kennel, « L’orientation s’assimile à une mécanique de tri des élèves dans des filières strictement hiérarchisées et compartimentées ». Le rapport pointait la tendance du système actuel à rendre l’orientation subie et punitive pour les élèves en difficulté scolaire.

Bien souvent, l’orientation dès la troisième s’assimile plus à une affectation d’office qu’à la construction d’un vrai projet professionnel effectué en concertation avec l’élève. Les élèves les plus faibles sont : « le plus souvent affectés contre leur gré dans des spécialités qui, outre qu’elles ne les intéressent pas, offrent généralement les débouchés professionnels les plus faibles », indiquait Guy-Dominique Kennel.

Pour le sénateur du Bas-Rhin il est possible de faire autrement, pour que l’orientation soit un choix construit et éclairé. Il propose notamment :

  • Une meilleure formation des enseignants du collège à l’orientation et au suivi psychologique des élèves en difficulté.
  • En fin de 3e, l’affectation des élèves prendrait en compte non seulement les notes dans les disciplines générales, mais aussi la motivation des élèves, leurs compétences et les qualités requises en rapport avec le métier visé.
  • Au lycée, un « droit à l’erreur » permettrait de favoriser la mobilité entre les filières sans perdre une année, notamment grâce au développement de stages passerelles, de stages de remise à niveau pendant l’été et de « parcours montants ».
  • Enfin, retarder l’orientation le plus possibl y compris au lycée professionnel. Celui-ci aurait, lui aussi, une seconde généraliste à « spécialisation progressive ».