Jean Bizet : « Ratification de l’accord COP21 : ne pas tomber dans une béatitude environnementale très éloignée des réalités locales ! »

A l’occasion de l’examen hier du projet de loi autorisant la ratification de l’accord de Paris adopté le 12 décembre 2015, Jean Bizet, Sénateur de la Manche (LR) et Président de la Commission des Affaires européennes, a félicité les Rapporteurs qui ont parfaitement synthétisé les enjeux de cette 21ème conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques : l’urgence climatique, le travail préparatoire pour aboutir à cet accord, les positions des forces en présence et les perspectives qui s’offrent à nous.

Le Président de la Commission des Affaires européennes a également félicité le travail accompli par la diplomatie française conduite alors par Monsieur Laurent FABIUS, solidement épaulé par Laurence TUBIANA, ambassadrice chargée des négociations climatiques : « Si certains retiennent surtout le faste de cette procession diplomatique que fut la COP 21, je retiendrai pour ma part le travail de l’ombre qui a été fourni depuis maintenant plus d’un an par la diplomatie écologique. S’appuyant sur notre réseau d’ambassade et de ses diplomates, elle a parfaitement appréhendé les attentes de nos partenaires et est parvenue à ce que nous pensions impossible : trouver un dénominateur commun entre pays qui aspirent au développement et pays déjà développés. », a-t-il déclaré.

Jean Bizet a cependant formulé deux regrets : « Il est permis de regretter d’une part l’absence, à défaut d’un mécanisme de sanction, au moins d’un mécanisme d’évaluation sur le respect des engagements, et d’autre part l’absence de mention d’un prix du carbone au niveau mondial, remplacée par une rapide mention de l’importance des politiques de tarification du carbone, formulation équivoque. »
Toutefois, en dépit d’un accord globalement positif, Jean Bizet a déclaré qu’il était contraint de s’abstenir : « Une raison principale me conduit à formuler ce vote : le non-respect par Madame la Ministre de l’Écologie de la directive cadre européenne sur l’eau du 23 octobre 2000 qui vise notamment la reconstitution des populations de poissons migrateurs. A cela s’ajoute, le récent débat sur la réduction des crédits de la recherche ; au moment où la transition énergétique appelle un saut technologique, envisager d’amputer les moyens de nos chercheurs est inimaginable. », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « Je dénonce la posture de Madame la Ministre dans les négociations internationales et son manque de cohérence dans la mise en œuvre de la politique environnementale nationale, ce qui fragilise la voix et l’image de la France. »

Jean Bizet a conclu en refusant de se joindre à cette « béatitude environnementale si éloignée des réalités locales ».